Google propose “No CAPTCHA reCAPTCHA” pour améliorer notre quotidien

Un captcha sert à prouver que le client est bien un être humain et non pas un programme informatique.

Logo ReCAPTCHA de la société Google

Article publié le 16/02/2015 par Gael dans la catégorie Actualité web et technologies.

S’il en fallu du temps, Google s’est finalement rendu compte que son ancien système « Captcha » était assez hasardeux pour l’internaute, voire assez difficile à utiliser. Le géant californien a décidé de renouveler son système. Retour sur ce système de sécurisation longtemps employé et focus sur la nouvelle version proposée.

« Je ne suis pas un robot ! » 

« Je ne suis pas un robot !» : c’est ce que voudrait faire comprendre chaque internaute à Google quand ils doivent valider une inscription ou accéder à une zone sécurisée. Pour rappel, le CAPTCHA est un module qui va permettre à Google de vérifier si son internaute est humain ou non. Sous forme d’une suite de lettres et de chiffres encrés dans un fond souvent illisible à retaper, Google pouvait ainsi différencier les comptes pour éviter, notamment, de subir l’intrusion automatisée de certains bots.

Si ce système était très sécurisé, aujourd’hui, ça l’est beaucoup moins. En effet, même sur les CAPTCHA les plus complexes, les ordinateurs peuvent désormais les déchiffrer dans près de 99,8% des cas. Ainsi, si les CAPTCHA sont devenus plus compliqués, ils sont surtout devenus moins sûrs.

No CAPTCHA reCAPTCHA

Google tire ainsi un trait sur son ancienne méthode pour proposer « No CAPTCHA reCAPTCHA » qui est une version alternative moins contraignante, de fait. Le géant américain gomme ainsi ses pénibles puzzles ou images déformées pour revenir à quelque chose de plus simple : il suffira bientôt de cocher quelques caches (sa couleur favorite, par exemple) tout en indiquant son nom et prénom ainsi que son mail. Ensuite, il suffira de dire en toute logique : « non, je ne suis pas un robot ». Si les algorithmes ne sont pas encore affichés à la face du grand public, la firme de Mountain View assure que son nouveau système est très sûr. Ne le serait-il pas encore suffisamment, qu’une petite étape supplémentaire pourrait être exigée sur base d’images. Ce nouveau système de vérification nous parait ainsi plus moderne et moins contraignant.

Partager sur les réseaux sociaux

Lire des commentaires

Information

Aucun commentaire enregistré dans la base de données.

Poster un commentaire

Articles similaires

Logos des différents navigateurs web les plus utilisés

Internet Explorer continue sa hausse en mai 2015 et Chrome atteint les 25%

Article posté le 02/06/2015 par Gaël dans la catégorie Actualité web et technologies

Internet Explorer (bientôt remplacé par le très frais Microsoft Edge, anciennement « Projet Spartan ») est toujours majoritaire et est même en hausse. Pour le mois de mai, sur base du mois d’avril (...)

Logo Google TakeOut avec les logos des services Google

Google TakeOut, un outil permettant de télécharger ses données Google

Article posté le 14/11/2018 par Tesseract IT dans la catégorie Actualité web et technologies

Google est célèbre à travers le monde en tant que le moteur de recherche internet le plus utilisé avec près de 92% d’utilisateur. Il est devenu difficile de s’en passer et il est (...)

Logo du réseau social de Google. Google plus sur fond rouge.

Fin annoncée du réseau social Google+

Article posté le 26/10/2018 par Tesseract IT dans la catégorie Actualité web et technologies

Dans un billet de blog daté du 8 octobre dernier, la firme de Mountain View a annoncé qu’elle allait fermer son réseau social Google+ après qu’une faille de sécurité ait été découverte. Cette dernière a (...)

Logo Microsoft Spartan blanc sur fond bleu

Microsoft Spartan : Windows 10 s’offre un navigateur alternatif à Internet Explorer 12

Article posté le 16/02/2015 par Gael dans la catégorie Actualité web et technologies

Depuis un moment, sur le Web, dans le trio de tête, nous avons Google Chrome, Mozilla Firefox et Internet Explorer de Microsoft. Malgré une réputation un peu ternie par des incompatibilités et des bugs assez fréquents, (...)